Hospitalité(s)

réalisateur(s)/réalisatrice(s) :
LALCA - Œuvre collective, Julie Bernard , Corentine Baudrand, Florent Ottello
année : 2017
durée : 3 min

Hospitalité(s)

Avec Redouane, Hakima, Safia, Rosaenie, Faridje, Mariami, Leila, Abdallah… qui n’ont pas d’autre choix que d’être en mobilité permanente sur tout le territoire métropolitain pour trouver un refuge éphémère, nous tentons une définition de l’hospitalité en cherchant ses réalités dans les interstices de la ville.

Les Récits de vi(ll)es de chacun sont à écouter sur www.lalca.org

Au croisement des champs disciplinaires de la création artistique et de la recherche urbaine, LALCA traverse les territoires de la métropole lyonnaise pour expérimenter et cartographier la ville avec les personnes en situation de mobilité, de précarité ou d’invisibilité et ainsi éclairer avec eux certaines réalités urbaines. La démarche de recherche par l’expérience portée par LALCA se fonde sur les récits de vi(ll)es : entendre, comprendre et enregistrer les histoires et les expériences des personnes en temps précaire, pour participer à l’émergence d’une connaissance « par le bas », susceptible de déplacer nos modes d’habiter et l’ensemble des pratiques urbaines. LALCA crée ainsi de nombreux portraits sonores des personnes rencontrées au cours de son travail de recherche et des œuvres sonores thématiques. Ces « récits de vi(ll)es » et « polyphonies citadines » sont autant des œuvres que des matières de recherche.
Filmographie : – Hospitalité(s) / 2017
– Work to travel or travel to work / 2019
– Toutes les autres œuvres sonores (« récits de vi(ll)es » et « polyphonies citadines ») sont à écouter sur le site internet www.lalca.org

Julie Bernard
née à Villeurbanne en 1981
Artiste-chercheuse, Julie Bernard est architecte et plasticienne de formation, elle réalise des installations et des interventions urbaines, vidéos, sonores et cartographiques. Attirée par la manière dont les villes se pensent et se fabriquent, elle utilise le langage plastique pour interroger la pensée de l’urbain, la manière dont les personnes en situation d’exclusion vivent et se représentent la ville.

Corentine Baudrand
née en 1980 à Sainte-Foy-lès-Lyon
Artiste-chercheuse, Corentine Baudrand navigue entre la création artistique, la médiation, l’urbanisme et le développement culturel. Ses expériences artistiques dans l’espace public à l’échelle d’un lieu ou d’un territoire l’amène à s’interroger sur la place de l’événementiel et de l’art dans le développement urbain. Il s’agit pour elle de concevoir un vrai sens politique à l’espace public et de créer du commun appropriable par les citoyens.

Florent Ottello
né en 1974 à Melun
Artiste-chercheur, Florent Ottello est diplômé en danse contemporaine du CNSMDL et possède un master en architecture, ses projets explorent les multiples relations entre les artistes, les spectateurs et l’espace qu’ils occupent, aussi bien sur une scène de spectacle que dans l’espace public. Intéressé par la texture de l’espace vécu et la manière de le représenter par le temps, il met en jeu la définition de l’intimité dans l’espace public.

Faridje – actrice
Faridje, kosovare, a quitté la Serbie avec son mari, serbe, et leurs deux enfants pour fuir la guerre et protéger leurs enfants. Depuis leur arrivée en France, ils sont logés dans différents foyers. Depuis 5 ans, ils vivent à Vénissieux dans un foyer de jeunes travailleurs. À leur étage, 17 personnes se partagent 10 chambres, 1 cuisine, 2 douches et 2 toilettes… Malgré la très grande distance (plus d’une heure en bus et métros), Faridje a choisi de continuer de scolariser ses enfants à l’école Michel Servet (Lyon 1er) qui est l’un de leur seul repère dans leur vie actuelle.

Hakima – actrice
Hakima est marocaine, elle travaille en Espagne dès l’âge de 16 ans mais sans parents elle subit de nombreuses agressions qui l’obligent à fuir. Elle s’installe alors en Italie pendant 19 ans avec son mari. Pour divers raisons, elle doit fuir à nouveau, seule, cette fois-ci, avec ses trois enfants. Juste après son accouchement, elle arrive en France, malade, et trouve refuge à Tassin dans un hôtel qu’elle doit quitter au bout d’une semaine. Pendant un temps, elle transforme sa voiture pour que ses enfants puissent y dormir. Maintenant, elle est encore dans une instabilité d’habiter, devant changer régulièrement d’hôtel ou de foyer… Considérant que ses enfants n’ont pas à être victimes d’une situation qu’ils n’ont pas choisie, elle veut leur conserver la stabilité de l’école (Michel Servet – Lyon 1er) qui leur assure un repère.

Leila et Abdallah – actrice et acteur
Leila et Abdallah sont tous les deux Algériens. Lui est né là-bas. Son père, immigré en France dans les années 1950, a demandé le regroupement familial alors qu’il avait 2 ans. Il a donc grandit et vécu toute sa vie à la Croix-Rousse. Elle grandit et vit en Algérie quand ils se rencontrent là-bas alors qu’il s’y rend régulièrement pour son travail dans l’import-export. Ils s’y marient et elle le rejoint en France plus tard pour s’installer ensemble dans les pentes de la Croix-Rousse. Parents de 3 enfants scolarisés à l’école Michel Servet (Lyon 1er), ils ne peuvent se résoudre à quitter ce quartier même si Abdallah doit aller travailler à Vénissieux à 5 heures du matin car Leila se sent vraiment chez elle.

Mariami – actrice
Alors qu’elle est étudiante en médecine, Mariami quitte la Georgie avec son mari pour demander l’asile en France. Enceinte de 5 mois, elle arrive à Lyon dans un centre d’accueil qui ensuite les envoie dans un foyer très isolé en Savoie. Accessible uniquement à pied ou en téléphérique, sans téléphone ni internet, c’est pourtant là-bas qu’elle accouche dans l’hôpital d’une ville voisine. Avec sa famille, ils peuvent revenir à Lyon, où grâce à des contacts, ils trouvent un hébergement et peuvent scolariser leur fils à l’école Michel Servet (Lyon 1er).

Redouane – acteur
Arrivé d’Afrique de Nord en Espagne alors qu’il est enfant, la crise le fait venir en France pour travailler. Après avoir dormi dans un hôtel, par manque d’argent il est obligé de vivre dans sa voiture avec ses enfants- à côté de leur école (Michel Servet – Lyon 1er). Il doit alors trouver des solutions pour trouver des lieux pour que ses enfants puissent faire leurs devoirs, se laver, manger, avoir une certaine intimité… Actuellement il bénéficie d’un dispositif de relogement, mais ils sont souvent déplacés de foyer en foyer, d’un arrondissement à l’autre (5e, 8e …). Cependant il choisit de conserver la stabilité de l’école de ses enfants dans Lyon 1er, même si cela l’oblige à traverser la ville quotidiennement pour y aller.

Rosaenie – actrice
Rosaenie est sri-lankaise, elle est arrivée en France en bateau avec ses deux enfants. A Lyon, sans papier, elle dort dehors vers la gare de Perrache, elle trouve parfois différents refuges mais seulement pour quelques jours à chaque fois. Pendant sa demande d’asile, elle reste dans un hôtel pendant un an, puis est logée à Vénissieux dans un groupe de 13 bungalows qui se partagent 4 douches. Elle vit ensuite 6 mois dans une résidence d’accueil à Valmy (Lyon, 9e), mais elle est obligée de la quitter et de nouveau, elle se retrouve en itinérance d’habiter : d’un hôtel (avec une douche collective et sans cuisine) à dormir dehors, pendant 6 mois elle appelle régulièrement le 115 (urgence sociale). Maintenant, elle est dans un foyer avec une cuisine, une douche et des toilettes collectives, ce qui lui permet de scolariser ses enfants à l’école Michel Servet (Lyon 1er).

Safia – actrice
Safia est kabyle, elle doit fuir son mari avec deux de ses enfants. Elle arrive en France, où après plusieurs déplacements, elle trouve une chambre dans un hôtel vers Porte de Lyon. Ne pouvant pas y vivre décemment, elle trouve un autre hôtel à Rillieux-la-Pape, qu’elle occupe depuis 2 ans et dans lequel, cette fois-ci, elle peut cuisiner, soucieuse de l’hygiène de vie et d’une alimentation saine pour ses enfants. Malgré les trajets quotidiens, elle continue de scolariser ses enfants à l’école Michel Servet (Lyon 1er) qui les bien a accueilli dès le début.

PRODUCTION : LALCA

AIDES ET SUBVENTION(S)
Fondation Abbé Pierre, Mairie de Lyon 1er, Région Auvergne Rhône-Alpes, DRAC Auvergne Rhône-Alpes

suggestions

1/1