Maëlys Meyer

Née en France en 1987 au Blanc-Mesnil, elle pratique le basket-ball à haut niveau pendant plusieurs années, elle est amenée à se déplacer très tôt en France et à l’étranger et à expérimenter la vie en communauté. L’apprentissage par la pratique, la recherche du déplacement et de la rencontre motivent ses choix.

En 2008 elle obtient un Certificat de Réalisation en Cinéma à Lyon. Puis valide en 2012 un Master 2 Cinéma et Audiovisuel à l’Université Lumières Lyon II qu’elle termine par une année d’échange au Brésil à l’Université Fédérale Fluminense de Niteroï. Dès lors, en va et vient constant entre la France et le Brésil, elle démarre un travail documentaire qui questionne et connecte ces espaces à partir d’une position intermédiaire qui l’oblige à réinterroger sans cesse sa pratique et déplacer ses pensées.

Ses films s’intéressent aux langues, aux sonorités, à leurs poésies, à la traduction mais aussi aux corps en tant que lieu de performativité et de représentativité : Objectif Rio (2016), film qui retrace la préparation de 4 sportifs aux Jeux Paralympiques de Rio; Capsule de danse (2019), film auto-subjectif sur l’expérience d’une résidence corporelle pendant la Semaine d’Art Trans de Montevideo;

En tant qu’artiste visuelle elle s’associe dès 2014 à plusieurs projets chorégraphiques et de spectacle vivant tels que TREPP (2014), dirigé par Mario Lopes, ou The Future is Female (2019), dirigé par Marion Aeschlimann et Nicole Mersey.

En tant qu’articulatrice culturelle elle se connecte en 2016 avec la plateforme transrégionale, transdisciplinaire et collaborative PLUS, en intégrant l’équipe de curateur·ice·s/articulateur·ice·s d’un de ces programme principal : veiculoSUR (plateforme de mise en réseau international qui agit sous la forme d’une résidence itinérante du Sud vers le Nord).

Depuis 2019 elle développe de nouveaux programmes au sein de la plateforme PLUS tels que le FACT – Festival d’Art et Créations Trans (en collaboration avec le Labo TPG de l’ENS Lyon) – qui a rassemblé plus de 50 artistes d’Amérique Latine et d’Europe, et une plateforme curatoriale online en construction qui connectera et renforcera les pensées subversives d’ici et d’ailleurs au travers des pratiques artistiques.

Ces projets sont motivés par un désir d’articuler, connecter, renforcer et ainsi émanciper des idées et des corps autour de la pensée décoloniale; une recherche vers d’autres épistémologies et de nouvelles stratégies pour un bouleversement des valeurs et du pouvoir. Une transformation profonde pour se créer ses propres espaces de soin où d’autres regards, corps, temporalités et façon d’être avec soi-même et avec l’autre existent

DOCUMENTAIRES

2019 – Cápsula de dansa (Capsule de danse) / documentaire 21’ / URY-PRT
Production : plateforme PLUS – Diffusion : FACT Festival Art et Créations Trans

2018 – veiculoSUR / série documentaire / 5 x 6’Production : plateforme PLUS
Episode 0 Uruguay (Montevideo) VOSTF / 2’22
Episode 1 Santiago (Chili) VOSTF / 6’15
Episode 2 Brésil (Sao Paulo) VOSTF / 7’22
Episode 3 France (Lyon/Bourges) VO / 6’58
Episode 4 Allemagne (Munich) VOSTF / 7’08

2016 – Objectif Rio / documentaire 52’ / FR
Production : Dynamo Production et JPL Productions
Diffusions : France Télévisions, SCAM

2013 – Le pont de Cratyle / documentaire 23’ / FR-DE
Diffusion : Foires Littéraires de Paris, Francfort, Leipzig

2019 – The future is female / mise en scène de Marion Aeschlimann et Nicole Mersey / 4’20 – Production et diffusion : Comédie de Valence
2019 – Il y avait un passage du désir / mise en scène de Vincent Bady / création visuelle
2014 – TREPP / chorégraphie de Mario Lopes / 2’53Production : Plateforme PLUS
2016 – Dois tempos de um lugar (Dandara et Paulo Monarco) / 4’58 / Clip

Films